Modèle du plan HET

12 mars 2018

Les actions sont séparées en deux phases :

  • La phase "Précoce" consiste à mettre en place des actions pour identifier la tension.
  • La seconde phase "Tensions en cours" consiste à décrire les actions mises en place dans le cadre de la tension.  

Actions de la phase "précoce" :

  • Préciser les pathologies prépondérantes en rapport avec la tension : Traumatiques / Médicales / Réanimatoires / Gériatriques / Pédiatriques
  • Identifier les indicateurs HET : Augmentation du nombre total de passages de plus de 20% pdt 3 jours consécutifs ? Taux d’occupation ponctuel en Unité d’Hospitalisation de Courte Durée (UHCD) et aux urgences à 9h> (nombre de lits d’UHCD+ nombre de box au Service d’accueil des urgences : SAU) ? Absence totale de lits disponibles pour les patients des urgences et les patients en soins critiques ?
  • Mettre en place la cellule de crise de l’établissement et décrire sa composition.
  • Informer et communiquer : Informer les services d’aval. Un mail sera envoyé automatiquement au Centre 15 lors de la validation de votre déclaration.  

Actions de la phase "Tension en cours" :

  • Contrôler l’affluence patients Exemples : Informer les patients en salle d’attente des épisodes de tension. Informer les médecins libéraux des épisodes de tension. Informer les EHPAD des épisodes de tension Informer les établissements sanitaires du territoire (SSR- Locaux - …) des épisodes de tension. 
  • Mettre en place un renfort d’effectif sur le tri à l’admission aux urgences. Exemples : Décrit les modalités de mise en place d’un renfort d’effectif sur le tri. Il peut s’agir de renfort infirmier, médical et/ou administratif en complément de l’IOA (recommandation professionnelle). Cette mesure permet notamment d’informer efficacement les personnes en situation d’attente et de détecter les prises en charge différables et de les réorienter.
  • Renforcer le personnel des services d’urgence et des services d’aval. Exemples : Renforcer le personnel des services d’urgence et des services d’aval. Maintenir et/ou augmenter le nombre de personnels sur les périodes de difficultés prévisibles ou calendaires (vacances scolaires, ponts, we), grand rassemblement.
  • Repérer les lits disponibles plus facilement Faire l’inventaire des lits en EHPAD, des places en HAD. des lits disponibles en hospitalisation conventionnelle, en Réanimation, SI et SC. des lits en maternité et en pédiatrie. Mettre en place une organisation assurant notamment la gestion des lits d’hospitalisation programmée et non programmée (réservation, inventaire, ….).
  • Adapter l’offre à la demande Exemples : Créer des lits UHCD (dans les SU n’en disposant pas). Identifier des lits d’hospitalisation dédiés aux hospitalisations non-programmées. Dédier dans chaque unité de soins, un quota de lits réservé aux hospitalisations non programmées provenant des urgences. Augmenter le nombre de lits d’hospitalisation conventionnelle de manière temporaire. Transformer un secteur d’hospitalisation de jour ou de semaine en hospitalisation complète. Ouvrir des lits ou un secteur fermé. Mettre en oeuvre des procédures de libération des lits.
  • Adapter et gérer les hospitalisations programmées. Planifier le séjour des patients dont l’hospitalisation peut être programmée. Limiter les admissions programmées les lendemains de week-end ou de fériés et les vendredi, samedi. Organiser une déprogrammation des admissions en cas de plan HET.
  • Lisser les taux d’hospitalisation de chaque service de l’établissement (part de l’admission par les urgences). Il s’agit de garantir une transparence qui permette d’obtenir un équilibre dans la contribution des différents services d’aval à la problématique de l’hospitalisation via le service d’urgence. 
  • Mobiliser les ES MCO et SSR de proximité. Réorienter les patients ambulatoires vers d’autres modes de prise en charge. Solliciter l’appui des établissements voisins. Promouvoir des transferts vers d’autres établissements. Réorienter les patients ambulatoires vers d’autres modes de prise en charge. Activer des filières de prise en charge rapide.
  • Détecter les journées d’hospitalisation inutiles, les difficultés de sortie et les sorties retardées. Exemples : Détecter les journées d’hospitalisation inutiles. Détecter les patients présentant une forte probabilité de difficultés de sortie du fait de raison non médicales (patients "bloquants"). Détecter les sorties d’hospitalisation retardées du fait de l’absence de solution de sortie. Détecter les sorties d’hospitalisation retardées du fait d’attente d’examen d’imagerie ou d’avis spécialisés pour organiser une prise en charge prioritaire. 
  • Adapter l’organisation des sorties à la tension. Exemples : Favoriser les sorties et les admissions matinales. Mettre en œuvre des salons de sortie pour libérer les lits plus précocement. Anticiper les sorties pour les patients dont la sortie est prévue à court terme (J+1 ou +2). Relever la date prévisionnelle de sortie par patient (gestion prévisionnelle des lits). Organiser un processus de remise en état accélérée des chambres libérées dès la sortie du patient.
Mots-clés :
Plan du site | | Contacts |
(c) 2016 - Synapse - Tous droits réservés